الاستخارة غيرت حياتى باسورد أنا وطفلى أنت فى مرأة الأخرين تمنيت تعلم العمرة بالصور حملة التضامن مع غزة


العودة   أخوات إيمان القلوب > what is islam > section islamique




إضافة رد
 
أدوات الموضوع
غير متواجدة حالياً
 رقم المشاركة : ( 1 )
ام اسامة
رقم العضوية : 5058
تاريخ التسجيل : Jun 2009
الدولة :
العمر :
مكان الإقامة :
عدد المشاركات : 3,839 [+]
آخر تواجد : [+]
عدد النقاط : 35
قوة الترشيح : ام اسامة is on a distinguished road
الأوسمـة
بيانات الإتصال
آخر المواضيع

التوقيت
flowerg فتاوىمنع الحمل في الإسلام La contraception en Isla

كُتب : [ 17 - 03 - 11 - 04:55 PM ]



بسم الله الرحمن الرحيم



Au nom d’Allah, l’Infiniment Miséricordieux, le Très miséricordieux



La contraception en Islam


فتاوى وسائل منع الحمل في الإسلام


Comité permanent pour la recherche scientifique et l’ifta

[Tome 19, page 293 à 296]

Les règles d’utilisation des moyens contraceptifs ou de la pilule varient selon les différents objectifs visés, les effets provoqués, la position du mari et la durée d’utilisation de ces pilules.
Concernant les objectifs, si le but de cette contraception est afin de préserver l’aspect physique extérieur de la femme, cela est en opposition avec la sagesse institué d’Allah, Allah a légiféré et a exhorter au mariage. Et un des objectifs de ce mariage, est d’avoir des enfants. D’après Mou’qal ibn Yassar: « Un homme est venu voir le Prophète et lui a dit : « J’ai trouvé une femme qui a la renommée et l’honneur mais elle n’enfante pas, puis-je l’épouser ? Il le lui interdit. Puis l’homme lui rapporta une deuxième fois et il le lui interdit, puis une troisième fois, il le lui interdit. Puis il lui dit : "Epousez la femme affectueuse et féconde car je souhaiterai être fier de votre grand nombre devant les autres communautés.» [Rapporté par Abu Dawud et Nassaï, jugé authentique par Albani et Moqbel Alwid’i]. La femme qui a recourt à la pilule contraceptive dans le but de garder l’aspect physique de son corps est la même que la femme stérile du hadith, et le prophète a interdit de l’épouser car elle n’enfante pas…
Et si l’objectif de l’utilisation des pilules et moyens contraceptifs est faite lorsque le corps de la femme est épuisé, comme la femme qui accouche tous les ans et que son corps est amoindri et qu’elle ne supporte pas les fatigues de la grossesse et de l’accouchement et qu’elle sait que si elle continue elle pourrait en souffrir, et qu’elle décide de prendre la pilule et les moyens contraceptifs le temps nécessaire et limité pour se rétablir dans la condition que le recours à un moyen contraceptif ne soit pas néfaste. L’utilisation de certaines pilules contraceptives cause parfois des dérèglements dans les menstrues, de mauvais effets sur l’utérus, de la tension, des palpitations cardiaques, et d’autres effets désastreux que les médecins connaissent. L’autorisation de l’usage des moyens contraceptifs dans cette situation est établi selon les preuves générales concernant la facilité et contre la gêne, Allahdit : « Dieu ne veut pas vous imposer quelque gêne » [La table servie, verset 6], le prophète a dit : « Il ne faut pas causer de préjudice à soi-même ni aux autres. » [Rapporté par Ahmad et Ibn Majah, jugé authentique par Albani]…
La divergence des règles d’utilisation des moyens contraceptifs dépend aussi du mariage, selon l’accord ou non de l’époux, il peut le permettre ou l’interdire,…, la permission du mari est nécessaire, dans le cas où l’utilisation des moyens contraceptifs est justifié par la charia comme expliqué précédemment, et dans le cas où ce n’est pas justifié c’est déjà interdit à la base…
Dans le cas où la femme utilise la pilule par crainte d’avoir beaucoup d’enfant, cela ne doit pas être, car il n’y a pas un être qui vient au monde sans qu’Allah est déterminé pour lui sa subsistance, sa vie et ses actions,…



Cheikh Muhammad ibn Ibrahim al Cheikh
[Tome 11, page 136]



Concernant la pilule contraceptive… si l’objectif est l’organisation des périodes de grossesses pour une durée temporaire dû à une situation de famille ou une faiblesse de la santé de la femme ou qu’elle souffre de la grossesse ou que sa vie est en danger lors de l’accouchement ou qu’elle tombe enceinte avant de sevrer son premier enfant ou tout autre cas qui peut nuire à elle-même ou à son enfant alors pour ces situations il est permis d’utiliser la pilule pour un besoin donné.
Et ceci se rapproche du ‘azl (retrait du mari lors de l’accouplement avant l’éjaculation) que les compagnons du prophète pratiquaient, et on interrogea le prophète sur le ‘azl car les juifs prétendaient que le ‘azl étaient comme un petit avortement, le prophète dit alors : « Les juifs ont menti car si
Allah voulait le créer, tu aurais été incapable de le faire ». [Rapporté par Abou Dawud, authentifié par Albani]. Dans le hadith de Jabir : « On pratiquait le ‘azl alors que le Coran était révélé (au temps du prophète) » [Unanimement reconnu authentique], Abou Ya’la et d’autre rapporte de son isnad d’après ‘Oubayd ibn Rafa’a, d’après son père : « Ali, Zoubayr et Sa’d étaient assis avec Omar dans une assise de compagnon et le ‘azl fut évoqué, ils dirent : « il n’y a pas de mal dans sa pratique », un homme dit : « Certains prétendent que c’est un petit avortement », Ali dit alors : « Cela n’est pas un avortement tant que 7 étapes ne sont pas passés : « L’étape d'un extrait d'argile, ensuite une goutte, ensuite une adhérence, ensuite un embryon, ensuite l’embryon est revêtu d’os, ensuite les os sont revêtu de chair, ensuite il devient une tout autre création. », Omar dit alors : « Tu as dis vrai, qu’Allah rallonge ta vie. »…
Mais si l’objectif de l’utilisation de la pilule est de ne pas tomber enceinte pour limiter les naissances ou par crainte de ne pas être capable de pourvoir au dépense à cause du nombre des enfants, alors ceci est illicite et n’est pas permis, car cela s’apparente à une mauvais idée sur Allah et est contraire au chemin tracé par le seigneur des messagers




Cheikh Abdelaziz ibn Abdellah ibn Baz
[Fatawa ibn Baz, Tome 21, page 197]




Lors d’une nécessité, il n’y a pas de mal à prendre la pilule temporairement, s’il y a une nuisance ou une faiblesse de l’utérus à cause de l’accouchement ou une césarienne, il y a donc pas d’interdiction d’avoir recours à la pilule pour une durée délimitée tel que la durée du sevrage un an ou deux ou jusqu’au rétablissement de l’utérus. Et ceci doit être fait avec la consultation des médecins et l’accord du mari. Si le couple est d’accord et qu’il y a un mal et que ce soit limité dans le temps, la femme peut alors utiliser la pilule avec mesure jusqu'à ce que les causes du mal disparaissent.




Cheikh Abdellah ibn ‘Oukayl
[Tome 2, page 254]



Si le but visé de l’utilisation des moyens de contraception est pour interrompre complètement la grossesse pour ne plus avoir d’enfant, alors ce n’est pas permis. Que soit à cause de la répulsion des enfants ou par crainte de la pauvreté en dépensant pour eux, ou pour garder l’aspect physique de la femme et autre, car Allah a créé l’être humain et a placé en lui l’élément de la reproduction pour préserver la race humaine et Allah a accordé à ses serviteurs des épouses, et de ses épouses, ils ont eu des enfants. Le prophète encourageait et incitait au mariage, il disait : « Epousez la femme affectueuse et féconde car je souhaiterai être fier de votre grand nombre devant les autres communautés.» [Rapporté par Abu Dawud et Nassaï, jugé authentique par Albani et Moqbel Alwid’i]…
Mais si l’objectif de l’utilisation de la pilule pour une chose exceptionnel et temporaire comme la maladie de la femme, ou sa faiblesse dans la grossesse, ou l’existence d’un danger pour sa vie lors de l’accouchement, ou que cela peut être nuisible à son enfant si elle tombe enceinte ou si c’est pour retarder un temps une future grossesse considérant les difficultés d’éducation d’un nouveau né avec ceux qui sont avant lui ou tout autre cas et situation temporaire, et lorsque la cause de la prise de la pilule n’est plus, elle interrompt sa prise, alors cela est permis…sous condition de l’accord du mari pour ce qui ne lui est pas nuisible car le mari a un droit sur la descendance. Et tout ceci se rapproche du ‘azl (retrait du mari lors de l’accouplement avant l’éjaculation, et certains compagnons pratiquaient le ‘azl pour éviter une grossesse sans que le prophète ne les blâme pour cela [hadith d’après Jaber, rapporté par Boukhari et Moslem]…




Cheikh Muhammad ibn Saleh al ‘Outheymine
[Tome 2, page 764]




Les musulmans doivent accroître leur progéniture selon leurs capacités, car c’est ce qui a été ordonné par le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- dans sa parole: «Epousez la femme affectueuse et féconde car je souhaiterai être fier de votre grand nombre devant les autres communautés.» [Rapporté par Abu Dawud et Nassaï, jugé authentique par Albani et Moqbel Alwid’i]. En effet, plus il y a de naissance et plus la communauté s’agrandit, et plus la communauté s’agrandit et plus c’est un honneur pour elle, comme Le Très Haut a dit s’adressant aux Bani-Israïl : « Et Nous vous fîmes un peuple plus nombreux » [Le voyage nocturne, verset 6], Et Chou’aïb a dit à son peuple: « Rappelez-vous quand vous étiez peu nombreux et qu’Il vous a multipliés en grand nombre » [Al-Araf, verset 86]. Et personne ne peut nier que plus la communauté est grande et plus son honneur et sa puissance sont grands ; Contrairement à ce que prétendent les gens de la mauvaise pensée qui croient qu’une grande communauté est une cause de pauvreté et de famine. Lorsque la communauté est nombreuse et qu’elle s’en remet à Allah, et croit en Sa promesse qui se trouve dans Sa parole : « Il n’y a pas une bête sur terre dont la subsistance n’incombe à Allah" [Hud, verset 6]
…Alors Allah lui facilite ses affaires et l’enrichit par Sa générosité. A partir de ce moment là, on commence à voir apparaître la réponse à notre question. La femme ne doit pas utiliser la pilule contraceptive à moins que 2 conditions ne soient rencontrées : La première condition c’est qu’elle en ait besoin. Par exemple, si elle est malade et ne peut supporter une grossesse par année, ou bien que son corps soit trop affaibli, ou bien qu’elle est un autre mal qui l’empêche d’enfanter chaque année.
La deuxième condition c’est qu’elle est la permission de son mari. Car les enfants et le fait de procréer sont un droit du mari. En outre, ils doivent aussi consulter un médecin spécialisé dans ce domaine (c’est à dire les pilules) pour savoir si le fait de les utiliser peut nuire ou non à sa santé. Si les deux conditions précitées sont réunies, alors il n’y a pas de mal à ce qu’elle utilise ces pilules. Par contre, il ne faut pas que ceci ait une nature permanente, c’est à dire qu’elle les prenne tout le temps, car en faisant cela il y a une coupure de la progéniture.
Quant à la deuxième partie de la question : Il est obligatoire pour elle de savoir qu’en réalité le contrôle des naissances est quelque chose d’impossible. Car le fait qu’elle tombe enceinte ou non, tout ceci est entre Les Mains d’Allah -'Azza wa Jal-. Si une personne voulait limiter ses enfants à un nombre précis, il se peut très bien qu’elle atteigne ce nombre puis ensuite les perdre (tous en même temps) à cause d’une épidémie dans une même année, et par conséquent il ne lui restera plus aucun enfant et plus de descendance. Et le fait de limiter une chose, ceci n’est pas admissible dans la loi Islamique (Chari’a). Cependant, la contraception se limite à la nécessité comme il a été mentionné dans la première partie de la réponse. Quant à la troisième partie de la question qui concerne plus particulièrement le ‘Azl (ntd: le retrait de l'organe ***uel mâle avant l’éjaculation pour empêcher le sperme d'atteindre l'utérus) pendant le rapport ***uel sans aucune raison : La parole des savants la plus authentique est que ceci est permis. Ceci est basé sur le Hadith de Jabir -Qu'Allah l'agrée- :
« Nous pratiquions le ‘Azl alors que le Coran descendait » (c’est-à-dire à l’époque du Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui-) [.Si cet acte était interdit, Allah l’aurait interdit ; Cependant les gens de science disent qu’il (l’homme) ne doit pas faire le ‘Azl avec la femme libre (non esclave) si ce n’est avec sa permission. C’est-à-dire qu’il ne doit pas faire le ‘Azl avec sa femme si ce n’est avec son accord car le fait d’avoir des enfants est (aussi) son droit (à elle). Et s’il fait le ‘Azl sans son accord ceci réduira son plaisir (à elle) car le plaisir de la femme n’est complet qu’après que celui-ci ait éjaculé et c’est pour cela que nous donnons comme condition que ce soit fait avec sa permission.



Cheikh Saleh ibn Fawzan al Fawzan




Il n’est pas permis d’utiliser la pilule contraceptive sauf en cas de nécessité. Si les médecins diagnostiquent qu’une grossesse éventuelle peut causer le décès de la mère. Et utiliser la pilule pour retarder une grossesse, alors il n’y a pas de mal en cela si la femme en ressent le besoin, si sa santé ne peut supporter des grossesses suivies et rapprochées, ou que la grossesse peut nuire à l’enfant qu’elle allaite. Si la pilule ne supprime pas totalement la fécondité mais ne fait que retarder les grossesses, alors il n’y a pas de désapprobation pour cela dans la mesure du besoin, et que ceci soit en consultation avec les médecins spécialisé dans ce domaine.





Cheikh Abdelaziz Rajihi





S’il y a un besoin sous con
dition :
La première condition : qu’il y a un besoin réel tel que prendre la pilule pour qu’elle puisse jeuner avec les gens durant le mois de ramadan ou pour accomplir le hajj, ou que les naissances chez elle sont trop suivies, elle veut donc s’organiser.
La deuxième condition : que ça ne nuise pas à sa santé, et que cala ne mène pas à l’arrêt total des naissances.
S’il y a ces deux conditions, alors il n’y a pas de mal…
Certaines personnes ne veulent qu’un ou deux enfants, cela n’est pas correct. Le prophète a ordonné d’augmenter les naissances, il a dit : « Epousez la femme affectueuse et féconde car je souhaiterai être fier de votre grand nombre devant les autres communautés.» [Rapporté par Abu Dawud et Nassaï, jugé authentique par Albani et Moqbel Alwid’i]. L’augmentation des naissances est demandé afin d’augmenter la communauté…
La prise de la pilule doit être pour un besoin, tel que le suivi des naissances, sa santé ne le supporte pas, n’est pas capable d’assumer son éducation, pour un besoin ou pour une nécessité, il n’y pas de réprobation en cela.







رد مع اقتباس
غير متواجدة حالياً
 رقم المشاركة : ( 2 )
حفيدة الصحابة
رقم العضوية : 1961
تاريخ التسجيل : Dec 2008
الدولة :
العمر :
مكان الإقامة : أسأل الله الجنة
عدد المشاركات : 5,353 [+]
آخر تواجد : [+]
عدد النقاط : 55
قوة الترشيح : حفيدة الصحابة will become famous soon enough
الأوسمـة
بيانات الإتصال
آخر المواضيع

التوقيت
افتراضي رد: فتاوىمنع الحمل في الإسلام La contraception en

كُتب : [ 24 - 04 - 11 - 02:55 PM ]

Jazak Allahou khairan

Qu'Allah te bénisse





رد مع اقتباس
غير متواجدة حالياً
 رقم المشاركة : ( 3 )
أم أسيد
رقم العضوية : 7550
تاريخ التسجيل : Nov 2010
الدولة :
العمر :
مكان الإقامة : القدس
عدد المشاركات : 11,018 [+]
آخر تواجد : [+]
عدد النقاط : 109
قوة الترشيح : أم أسيد will become famous soon enoughأم أسيد will become famous soon enough
الأوسمـة
بيانات الإتصال
آخر المواضيع

التوقيت
افتراضي رد: فتاوىمنع الحمل في الإسلام La contraception en Isla

كُتب : [ 14 - 11 - 13 - 09:42 PM ]

تعالوا قابلوني ان افهمت حاجه هههههههههههههههههههههه
جزاك الله جنات النعيم ام اسامه الحبيبه
اين انتي وماهي اخبارك افتقدك كثيرا ياحبيبه
يارب ييسر امورك وترجعي لينا بالسلامه وتنورينا





رد مع اقتباس
إضافة رد

مواقع النشر (المفضلة)

الكلمات الدلالية (Tags)
الحمل, الإسلام, contraception, isla, فتاوىمنع

أدوات الموضوع

تعليمات المشاركة
لا تستطيعى إضافة مواضيع جديدة
لا تستطيعى الرد على المواضيع
لا تستطيعى إرفاق ملفات
لا تستطيعى تعديل مشاركاتك

BB code is متاحة
كود [IMG] متاحة
كود HTML معطلة

الانتقال السريع


الساعة الآن 07:05 AM.


   الدرر السنية

بحث عن:



 
Powered by vBulletin
.Copyright ©2000 - 2016, Jelsoft Enterprises Ltd